Sweet palping

Le premier Palper-Rouler non électrique

Le Sweet Palping, vous connaissez ? Difficile de croire que cette technique de massage révolutionnaire vienne à bout de la cellulite la plus coriace. Et pourtant, le palper-rouler manuel a aujourd’hui un sérieux concurrent.

Si vous connaissez le Palper-Rouler, vous êtes déjà familier avec la méthode. À la main ou à l’aide d’une machine, la technique du palper-rouler (ou pincer-rouler) consiste à pétrir la peau et les tissus sous-cutanés afin d’aider la lipolyse, c’est-à-dire l’élimination de la graisse par les cellules graisseuses, et d’activer ainsi la circulation veineuse et lymphatique.

Le Sweet Palping obéit aux mêmes principes de délogement de l’amas graisseux, mais à l’aide d’un simple outil : une petite ventouse en verre équipée d’une pompe. C’est cet appareil qui va exercer une forte aspiration sur la peau. Tout en maintenant la pression, l’esthéticienne fait glisser la ventouse de droite à gauche provoquant ainsi un pli de la peau qui va entraîner un appel de sang dans la zone traitée.

Pas de fil, pas d’électricité, pas de bruit. Une technique d’inspiration ancestrale qui évoque tout de suite les grand-mères en train de chauffer des petits pots en verre pour les mettre sur le dos.

La nouveauté ingénieuse, c’est donc la pompe qui permet au geste d’être continu. Car avec la pompe, l’esthéticienne contrôle la pression et l’adapte à la zone et à la résistance du sujet. L’intervention est rapide, l’action ciblée et le résultat sur le volume et l’aspect de la peau, concluant.

La stimulation de la circulation sanguine fait rapidement monter la température dans la zone traitée. Mais mieux vaut ne pas être douillet. Si vous n’avez pas l’habitude, la douleur peut vous surprendre. En revanche, le résultat sur l’aspect de la peau est quasi-immédiat. Et plus il y en a, plus ça se voit.  Respecter l’intervalle des séances pour un résultat performant, 8 séances pour une cure. Quoi qu’il en soit, dès la première séance, vos fesses retrouvent le sourire.

Méthode française brevetée

Il y a une dizaine d’années Patricia Meslem, créatrice et formatrice du concept, a eu un éclair de génie en voyant les ventouses de grand-mère. « J’ai demandé à mon mari s’il pouvait me réaliser une ventouse qui puisse masser sans fil, en la rendant pratique aux esthéticiennes dans le but d’un palper rouler manuel » raconte Patricia. Jean Claude Meslem, technicien supérieur en électronique relève le défi au bout d’un an de recherche. Il fait ensuite une demande de brevet qui lui est délivré en 2002. Patricia, technicienne en laboratoire de cosmétique marine de 1989 à 2000, relève le second défi : créer le protocole de soins du corps et plus tard, du visage. Esthéticienne diplômée BP, elle commence ses essais afin de valider son protocole et ouvre son institut de beauté en 2004, Le Lys des sables à Montpellier. Des centaines de clientes ont ainsi testé la méthode et sont fidèles à l’institut. En 2011, l’entreprise ouvre une extension en fabrication. M. Meslem est responsable aujourd’hui du secteur fabrication et maintenance et Patricia est en charge de la commercialisation, implantation et développement du produit.

Les contre-indications au sweet palping sont les maladies auto-immunes et le sida. Pour plus d’information consultez le site www.sweet-palping.com